Skip to content

Bio

Louise Vanneste

Après une formation en danse classique, Louise Vanneste se dirige vers la danse contemporaine et entre à P.A.R.T.S. dont elle est diplômée. Une bourse de la Fondation SPES (Be) lui permet ensuite de poursuivre sa formation à New York, notamment au sein de la Trisha Brown Dance Company.

Depuis son retour en Europe, elle développe un travail chorégraphique en privilégiant les collaborations avec des artistes issus d’autres disciplines que la danse : Cédric Dambrain et Antoine Chessex pour la musique, Stéphane Broc pour la vidéo, les artistes plasticiens et éclairagistes Arnaud Gerniers & Benjamin van Thiel et le peintre Stephan Balleux. Elle crée sa première pièce de groupe Sie kommen en 2008. Ensuite, le solo HOME, le trio Persona et enfin le duo Black Milk – couronné par le Prix de la Critique 2013. En 2014, elle réalise sa première installation vidéo Going West. Ses œuvres sont présentées en Belgique et à l’étranger (Holland Festival – Augusti Tantsu festival/ Estonie, Bienal internacional de dança Do Ceara/ Brésil, Biennale de Charleroi danses/ Belgique, Fabbrica Europa / Italie, Romaeuropa / Italie, Hong Kong experimental Gallery, CDC Toulouse / France, …). Elle a créé Gone in a heartbeat au KVS dans le cadre du Kunstenfestivaldesarts en 2015 et Thérians en 2017 aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis. Ce projet ouvre un temps de recherche portant sur un intérêt croisé entre danse et littérature romanesque, qui se prolongera en 2019 avec atla.

Charleroi danse s’engage à produire, présenter et accompagner les œuvres de Louise Vanneste durant trois années de 2017 à 2020 et la compagnie est accueillie en compagnonnage au Théâtre de Liège de 2018 à 2022. Louise Vanneste est accompagnée par Grand studio. Louise Vanneste/ Rising Horses est soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

louise-vanneste

Louise Vanneste « Faire de la création un exercice démocratique »

Une danse pensante. La liberté d’un corps dans l’écriture chorégraphique, c’est-à-dire la possibilité de considérer le geste, la présence, l’immobilité, le mouvement technique ou brut d’un ou plusieurs corps comme un engagement d’écriture chorégraphique.

Résister à toute identification de l’objet

Propos recueillis par Wilson Le Personnic. Publié le 26/09/2017 D’origine belge, la danseuse et chorégraphe Louise Vanneste a créé sa dernière…

Gone in a heartbeat – Olivier Hespel

Interroger le groupe, non pas dans ce qui rassemble mais dans l’écart, la distance, ou plus précisément dans la « ressemblance/dissemblance » comme aime à l’exprimer Louise Vanneste : un des partis pris, quelque peu à contre-courant, de ce Gone in a Heartbeat.

Soutiens

Scroll To Top